Priorité

 

S’accorder la priorité est une forme de respect.

Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est de l’amour de soi.

Il s’agit d’être clair avec soi, à l’écoute.

Cela évite de cultiver un sentiment d’attente,

de ce que les autres ne pourront jamais nous donner

si nous ne nous l’accordons pas nous-même.

Publicités

Se féliciter

Trouver chaque jour trois raisons (ou plus :) de se féliciter. Se dire bravo intérieurement avec un compliment ou noter les félicitations sur un carnet chaque soir, c’est bon pour le moral et c’est valorisant. Un réflexe dont on prend vite goût.

Besoin d’aide pour démarrer?

On peut se féliciter….

– chaque fois que l’on trouve une solution créative pour faire face à une situation inédite,

– chaque fois que l’on est vrai, intègre, en accord avec soi,

– chaque fois que l’on se fait confiance, que l’on écoute son intuition,

– pour le chemin parcouru, à l’occasion d’un bilan en tête à tête avec soi même,

– pour le courage de s’affranchir chaque jour un peu plus du jugement des autres,

– d’oser demander et d’accepter de l’aide lorsque l’on a conscience d’une situation que l’on ne peut gérer seul,

– d’une prise de conscience d’un blocage, d’une peur, même si l’on a pas encore la solution pour faire évoluer la situation,

– d’une aptitude à cultiver les relations qui nous font du bien et nous boostent,

– d’apprécier la vie dans toute sa splendeur et la considérer comme un cadeau,

– de nos qualités et de nos talents : nous sommes uniques,

– pour la maîtrise de soi dont on fait preuve, lors d’une situation où la tension est palpable,

– d’une volonté de changement, d’évolution, de progression,

– de chaque erreur commise et de l’apprentissage qui va avec,

– pour notre polyvalence et notre capacité à jongler entre les rôles (famille, amis, travail…),

– parce qu’on devient chaque jour davantage son ou sa meilleur(e) ami(e),

– pour chaque témoignage d’amour.

Se libérer de la domestication

Notre société est une société mentale. On nous a appris, dès notre plus jeune âge, à vivre à partir de nos pensées.

On nous a appris ce que nous devions faire, ce que nous ne devions pas faire,

ce qui est bien, ce qui est mal,

ce qui est bon, ce qui est mauvais,

ce qui est beau, ce qui est laid,

ce qui se fait, ce qui ne se fait pas.

On nous a appris à vivre à partir de notre tête. On appelle ça l’éducation (celle reçue par nos parents, celle transmise à l’école), la vie en société avec tous ses codes, avec ses institutions, avec ses innombrables règles.

Ce processus de domestication est propice au développement de la peur.

Peur de ne plus être aimé si nous ne faisions pas ce que l’on attendait de nous.

Ainsi on nous a appris à nous couper de notre précieux ressenti,

de nos émotions, de notre intuition, vous savez cette petite voix qui nous guide.

On nous a appris à nous couper de notre connection au savoir véritable, qui est transmis par la force de vie, naturellement et sans apprentissage.

Ce sont nos croyances, nos pensées et nos paroles (qui sont d’abord des pensées) qui limitent notre pouvoir créateur. On nous a appris a fonctionner comme ça, on nous a montré un chemin avec des barrières et des limites. Mais il y en a d’autres…

Pardonnons à ceux qui ne savaient pas…

En réalité notre pouvoir créateur est infini.

Il va là où nous l’emmenons,

il va là où vont nos pensées, nos émotions,

il traverse l’invisible pour se manifester dans notre monde réel.

Notre vraie nature n’est pas de vivre en suivant notre mental et nos croyances figées.

Notre véritable nature est de vivre à partir du coeur.

La liberté fait-elle trop peur?

A partir du coeur, conduisons notre mental, qui est ni plus ni moins notre serviteur, là où nous voulons aller.

Notre libre arbitre sert à ça, à choisir le chemin que nous  voulons emprunter.

ps: Don Miguel Ruiz explique bien le processus de domestication dans les accords toltèques

Actu bien être à Lyon

La librairie Shambhalla à Lyon organise tout au long de l’année des conférences sur le bien être et la spiritualité proposées par des intervenants (écrivains, thérapeutes, énergéticiens) venant de Suisse, du Canada, de France et d’ailleurs. Les conférences ont lieu le plus souvent à 19h30 et coûtent pour la plupart entre 5€ et 10€.

Quelques idées pour mars avril:

– la place de la femme dans les sociétés occidentale et amérindienne (le 8 mars, sympa pour célébrer la femme :)

– Le tambour « médecine »

– Préparation au printemps

Cliquez ici pour voir le programme complet

 

Naturopathie,mandalas, feng shui, lithothérapie, relaxation au programme ce week end.

Ca se passe à Lyon, du côté de la Croix rousse: où se tient la septième édition du salon jardin des thérapies, l’accès est gratuit et des conférences sont proposées (programme ici). Ah marrant parmi les  exposants,  il y a une association qui s’appelle Harmonie et partage!