Guidance émotionnelle

« Te sentir bien » ,

c’est la façon de te dire à toi-même qie ta dernière pensée était vérité,

que ta dernière parole était sagesse,

que ta dernière action était amour.

Conversation avec Dieu, Tome II, Neale Donald Walsch

Publicités

Célébrons la vie

La vie ne peut se donner à toi si tu ne comprends pas la mort. Tu dois faire plus que la comprendre. Tu dois l’aimer, autant que tu aimes la vie.

Le temps que tu passes avec chaque personne serait ainsi glorifié si tu savait que c’est la dernière fois que tu es avec elle.

Ton expérience de chaque instant serait accrue d’une façon incommensurable si tu pensais que c’est le dernier moment semblable.

Neale Donald Walsch, Conversation avec Dieu, tome 3

Recréer & lâcher prise

Mais si tu ne veux pas que la chose que tu regardes disparaisse?

Tu dois toujours le vouloir! Il n’y a rien dans ta réalité à quoi s’accrocher. Mais si tu choisis vraiment l’illusion de ta vie plutôt que l’ultime réalité , tu peux tout simplement la recréer, tout comme tu l’as créé au départ.

Ainsi, tu pourras avoir dans ta vie ce que tu choisis d’avoir et éliminer de ta vie ce dont tu ne veux plus faire l’expérience. Mais ne résiste jamais à rien. Si tu crois pouvoir l’éliminer par ta résistance repenses-y. Tu ne fais que l’implanter plus fermement. Ne t’ai-je pas dit que toute pensée est créative?

Conversation avec Dieu, Neale Donald Walsh

Agir avant de penser

Si tu veux changer une pensée de base, tu dois agir avant de penser.

Exemple: tu marches dans la rue et tu rencontres une vieille dame qui demande des sous. Tu t’aperçois que c’est une sans-abri et qu’elle vit au jour le jour. Tu sais instantanément que, même si tu as peu d’argent, tu en as sûrement assez pour partager avec elle. Ta première impulsion, c’est de lui donner de la monnaie. Il y a même une part de toi qui est prête à fouiller dans ta poche pour y chercher un billet, une petite coupure, peut être un billet de cinq. Peu importe, fais en sorte que ce soit un moment grandiose pour elle. Comble-la.

Alors la pensée intervient. Quoi, t’es fou? On n’a qu’une poignée de billet pour passer la journée! Tu veux lui en donner un! Tu commences alors à fouiller dans ta poche. Encore la même pensée: eh eh, allons, tu n’es pas riche au point de pouvoir tout simplement donner tes billets! Donne-lui des sous, pour l’amour du ciel, et allons-nous-en.

Tu fouilles rapidement dans l’autre poche pour en sortir des pièces. Tes doigts ne trouvent que des sous. Tu es gêné. Te voilà, tout habillé, bien nourri et tu marchandes avec cette pauvre femme qui n’a rien.

Tu essaies en vain de trouver une ou deux pièces convenables. Oh, il y en a une, au fond de ta poche. Mais maintenant, tu l’as dépassée, en souriant faiblement et il est trop tard pour revenir sur tes pas.

Lorsque tu voudras changer une pensée de base, agis selon la nouvelle pensée que tu as. Mais tu dois agir rapidement, sinon ton esprit va tuer l’idée avant que tu ne t’en rendes compte. Je veux dire littéralement que l’idée, la nouvelle vérité, sera morte en toi avant que tu aies la chance de la connaître.

Alors, lorsque l’occasion se présentera, agis rapidement, et si tu fais cela assez souvent, ton esprit va bientôt saisir l’idée. Ce sera ta nouvelle pensée.

Conversation avec Dieu, Neale Donald Walsch

Méthode testée et approuvée :) Plus on donne plus on reçoit

Passez une bonne journée

Apprécie ou change!

Célèbre et apprécie tout ce que tu crées ou a créé. En rejeter une partie, c’est rejeter une partie de toi-même.

Tout ce qui se présente maintenant comme une partie de ta création, assume-le, réclame-le, béni-le, sois-en reconnaissant.

Ne cherche pas à le condamner (« Que Dieu le maudisse! »), car le condamner c’est te condamner toi-même.

S’il y a un aspect de ta création que tu n’apprécies pas, change-le, tout simplement. Fais un nouveau choix, proclame une nouvelle réalité. Conçois une nouvelle idée. Prononce une nouvelle parole. Fais quelque chose de neuf. Fais-le d’une façon merveilleuse et le reste du monde te suivra. (…)

Conversation avec Dieu, Neale Donald Walsh

Amour et peur

La peur est l’énergie qui contracte, referme, attire, court, cache, entasse et blesse.

L’amour est l’énergie qui s’étend, s’ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.

La peur enveloppe nos corps dans nos vêtements, l’amour nous permet de rester nus.

La peur s’accroche et se cramponne à tout ce que nous avons, l’amour donne tout ce que nous avons.

La peur retient, l’amour chérit.

La peur empoigne, l’amour lâche prise.

La peur laisse de la rancoeur, l’amour soulage.

La peur attaque, l’amour répare.

Chaque pensée, parole ou action humaine est fondée sur l’une ou l’autre émotion. Tu n’as aucun choix à cet égard, car il n’y a pas d’autre choix.

Mais tu es libre de choisir entre les deux.

Conversation avec Dieu, Neale Donald Walsch