Marcher pour avancer

Je continue le travail sur moi avec des accompagnateurs.

Les points soulevés font écho mais j’ai l’impression que le changement ne se concrétise pas vraiment. Ou alors si mais très lentement. Bizarre, les énergies actuelles montrent que tout peut bouger assez vite.

Alors voilà ce qui m’est proposé: sortir du blabla, arrêter pour un temps les thérapies et passer par l’action.

Marcher, courir (hum), me mettre en mouvement, passer par l’action.

Marcher pour avancer, ça semble cohérent et tellement évident.

20140629_173738

 

 

Publicités

Lecture du moment : La danse des grand-mères

002

On m’avait parlé des livres de Clarissa Pinkola Estés et sur le moment je m’étais dit bof.

Puis un jour, j’y ai repensé et le lendemain je suis tombée dessus, en choisissant mes lectures de vacances.

C’est un très beau livre, facile à lire, pour les femmes, vieilles ou jeunes. Un livre pour toutes celles qui sont désireuses de laisser une place + grande à leur féminité sacrée.

L’alimentation aussi évolue

Faire d’autres choix.

Commencer par ne pas remplacer le micro-ondes.

Intégrer du bio, un peu. Puis beaucoup.

Consommer de moins  en moins de produits industriels.

Moins de viande.

Plus de fruits.

 Manger des légumes crus plus souvent.

Ajouter des graines aux salades et des graines germées.

Choisir les céréales semi-complètes.

Consommer moins de sucre raffiné.

Limiter les produits laitiers, à base de lait de vache, dans un premier temps.

Privilégier les productions issues de l’agriculture locale et raisonnée.

Changer les modes de cuissons et la façon de cuisiner, de consommer.

Evoluer, doucement mais surement, sans brusquer.

Juste s’écouter.

En février

Février, c’est LE mois qui marque le blues de l’hiver. On en a marre, on aimerait passer à autre chose. Bientôt bientôt…

Les journées se rallongent, le changement se prépare.

En février, dans la continuation du mois de janvier, la communication est à l’honneur.

Fini les messages détournés, on va à l’essentiel, on appelle un chat un chat, on met les pieds dans le plat!

On dit ce qu’on pense, on parle vrai, on parle de soi, de ses émotions et sentiments, sans faux semblant.

Les tabous tombent d’eux mêmes, les miroirs nous aident à sortir du déni, en toute simplicité.

Ca remue dans les chaumières! Les vieux schémas, s’effondrent, la vérité reprend ses droits.

Pour moi, ambivalence entre colère et gratitude, accepter les émotions pour se qu’elles sont, laisser couler, sans s’y accrocher.

J’ai été amenée à assoir mes choix, mes positionnements et responsabilités.

J’ai refusé de porter les fardeaux qui ne m’appartiennent pas ainsi que la culpabilité.

mimosa 2013

Le partage des idées je vote pour

Avant lorsque j’avais une idée (forcément bonne!!) j’aimais bien la garder pour moi pour pas qu’on me la pique.

Je la protégeais comme un trésor, elle m’appartenait, j’en avais l’exclusivité. Enfin c’est ce que je croyais…

Cette conception de propriété est obsolète.

Les idées flottent dans l’air, elles circulent et s’échangent.

Plus on donne, plus on fait de place en soi pour recevoir, c’est pas nouveau, l’un ne va pas sans l’autre et ça marche aussi pour les idées.

Les entreprises et entrepreneurs évoluent en matière de stratégie et de communication avec notamment les nouvelles technologies, l’information est si vite partagée (merci les blogs, réseaux sociaux etc). Pleins de modèles de réussite se basent sur le partenariat, la mise en commun de savoir, la diffusion d’information. Effet de synergie, plutôt que de bidouiller seul dans son coin.

Le propre de l’humain c’est l’autonomie et l’interdépendance dans le groupe. Rentrer, sortir, échanger, partager et co-évoluer sur la base du libre arbitre et des choix de chacun.

Ce qui diffère d’une personne à l’autre c’est l’énergie qu’elle dégage, l’empreinte identitaire.

Deux personnes peuvent proposer le même concept de service, il y a derrière une énergie différente, un savoir être qu’aucun savoir faire ne saurait égalé.