Mon premier cours de yoga

Depuis des années je me disais que je ferais du yoga… un jour.

Et puis, j’ai pris le taureau par les cornes et je me suis inscrite à un cours d’une heure, chaque semaine.

J’appréhendais un peu, j’avais peur de pas être à la hauteur. Le sport et moi c’est pas ça! J’en garde de mauvais souvenirs scolaires (l’athlétisme, les jeux collectifs où je n’avais pas l’esprit de compétition, ma peur des ballons, mon incapacité à faire la roue, bref…) Mais le yoga n’est pas vraiment un sport comme les autres.

J’ai beaucoup aimé l’esprit Yoga. La pratique accessible à tous, axée sur la bienveillance, l’idée de ressenti corporel, de connaissance de soi, de ne pas être justement dans la compétition, même pas avec soi même. Et l’aspect relaxation, détente et bien être.

 

Publicités

Alors ce ménage de printemps?

Alors, alors, ce ménage de printemps?

Ca avance, petit pas après petit pas, une action en entraînant une autre.

Bilan, positif!

+ J’ai fait le tri et dans mon armoire. Quatre sacs de fringues, chaussures et accessoires sont partis pour une association.

+ Deux tirroirs à chaussettes ont été complètement vidés. Après éradication des esseulées, des grisâtres, des trouées,  il y avait peu de survivantes. Le stock a été mis à jour avec du neuf.

+ Un sac de vêtement de grossesse a été donné à une amie, future maman, pour la troisième fois.

+ Le linge de la commode des enfants ainsi que le linge de maison (serviettes de toilettes et draps) a été trié, replié, mieux rangé.

+ J’ai acheté une pochette pour ranger les CD et jetté pas mal de boîtes, pour libérer de la place dans la bibliothèque.

+ Les rebords des fenêtres ont été nettoyés (rhaaa!)

+ J’ai dressé une liste de ce qui pouvait être vendu sur le boncoin (combinaison de ski neuve, manteau, bottes jamais portées, petit matériel de puériculture, table basse…)

+ Un bon tri « papiers » a été effectué. La pile de documents à traiter à diminuer de moitié. Il reste encore à faire de ce côté là.

+ Les deux tirroirs encombrés dans la cuisine ont été vidés, nettoyés et rangés.

+ Une pile de vieux magasines est partie à la poubelle.

+ Deux batteries de téléphones portables ont été changées et un chargeur remplacé.

+ Quelques actions « en attente » ont été rayées de ma to-do list. Des RDV médicaux (ophtalmo, dentiste…) ont été pris.

Et vous, le ménage de printemps, vous êtes dedans?

Le désordre comme bouclier émotionnel

Vous sentez-vous gêné(e) quand il y a trop d’espace vide ou de temps libre?

Le désordre remplit commodément cet espace et occupe votre temps.

Mais vous évitez quoi?

Généralement, c’est la solitude, la peur de l’intimité ou une autre émotion enfouie et il paraît plus simple de la recouvrir avec du désordre plutôt que de lui faire face.

Vous avez néanmoins besoin de dépenser une énergie colossale pour nier continuellement vos émotions.

Vous serez éblouie de voir comme votre vie décollera lorsque vous ferez enfin face à vos angoisses!

Se débarrasser de son désordre est l’une des façon les moins douloureuses pour réaliser cela, car vous pouvez le faire à votre propre rythme.

Simplifiez votre intérieur, Karen Kingston

036

Statuts du nouveau millénaire #2

La première partie ici

9/ Tout être humain doit connaître deux langages: le langage de la société et le langage des signes. L’un sert à la communication avec les autres, l’autre sert à comprendre les messages de Dieu.

10/ Tout être humain a droit à la recherche de la joie, et l’on entend par joie ce qui le satisfait – pas nécessairement ce qui satisfait les autres.

11/ Tout être humain doit garder vive en lui la flamme sacrée de la folie. Et il doit se comporter comme une personne normale.

12/ Seuls sont considérés comme des fautes graves les items suivants: ne pas respecter le droit de votre prochain, vous laissez paralyser par la peur, vous sentir coupable, croire que nous ne méritez pas le bonheur ou le malheur qui vous arrivent dans la vie, et vous montrer lâche.

Paragraphe 1. Nous aimerons nos ennemis, mais nous ne ferons pas d’alliances avec eux. Ils ont été placés sur notre chemin pour mettre à l’épreuve notre épée, et ils méritent le respect de notre lutte.

Paragraphe2. nous choisirons nos ennemis.

13/ Toutes les religions mènent au même Dieu, et toutes méritent le même respect.

Paragraphe unique. Un homme qui choisit une religion choisit également une manière collective d’adorer et de partager les mystères. Cependant, il est seul responsable de ses actes sur le chemin et il n’a pas le droit de faire porter à la religion la responsabilité de ses décisions.

14/ Est décrétée la fin du mur qui sépare le sacré du profane: à partir de maintenant, tout est sacré.

15/ Tout ce qui est fait dans le présent affecte l’avenir en conséquence, et le passé par rédemption.

16/ Les dispositions contraires sont annulées.

Paolo Coelho, Comme un fleuve qui coule

S’aimer et se féliciter

Quand je demande aux gens que j’accompagne en reiki, s’ils se félicitent la réponse, est souvent, « non, je vois surtout ce qui cloche chez moi. »

Dans leurs yeux, je lis de l’interrogation . « Me féliciter, moi? Et pourquoi donc? »

Se traiter avec douceur, bienveillance, faire un pas vers soi, est-ce si difficile?

On est pourtant la personne la mieux placée pour se donner de l’amour, non?

Pourquoi a-t-on tant besoin de se sentir aimé(e), approuvé(e) par l’autre, pour s’aimer soi-même?

Ironie du sort, c’est le processus contraire qui fonctionne: plus on s’aime et s’apprécie, plus on est bienveillant avec soi-même, et plus les autres le sont aussi à notre égard.

 L’amour de soi est confondu avec le narcissisme.

S’aimer, être à l’écoute de soi, de ses besoins, de ses envies, de son ressenti, de son intuition, c’est se respecter. Chacun de nous est unique.

Se féliciter, commence par des petites choses, une prise de conscience, une acceptation de soi dans sa globalité (accepter un trait de caractère, un « défaut »), un dépassement de soi, si minime soit-il, sont autant de sources de valorisation personnelle.

Un moment pour soi

On est toujours seul avec l’intérieur de son corps

Olivier Assayas

C’est notre responsabilité de prendre soin de soi.

Ecouter son corps, décoder les signaux qu’il nous envoie.

Qui d’autre mieux que nous même peut être à l’écoute de nos sensations (fatigue, lassitude, satiété, besoin de calme ou de repos), de nos émotions?

Apprendre à suivre sa guidance intérieure, vous savez cette petite voix, passe bien souvent par le corps, le ressenti, les sentiments.

Prendre du temps, chaque jour, pour soi, se donner la priorité, se rendre disponible pour écouter ce corps qui nous sert avec dévouement et qui est bien souvent bousculé.

Prendre un moment pour soi, ce n’est pas inutile, c’est nécessaire.

Cela s’appelle l’amour et le respect de soi.