Solution au désordre global: agir local

Pour qu’il y ait la paix dans le monde, il faut que les nations vivent en paix.

Pour qu’il y ait la paix entre les nations, les villes ne doivent pas se soulever l’une contre l’autre,

Pour qu’il y ait la paix dans les villes, les voisins doivent se comprendre.

Pour qu’il y ait la paix entre les voisins, il faut que l’harmonie règne au foyer.

Pour qu’il y ait la paix chez soi, il faut la trouver dans son propre coeur.

Lao Tseu

Publicités

Statuts du nouveau millénaire #1

1/ Touts les hommes sont différents. Et ils doivent faire leur possible pour le rester.

2/ A tout être humain ont été concédées deus manières d’agir: l’action et la contemplation. Elles mènent l’une et l’autre au même endroit.

3/ A tout être humain ont été consédées deux qualités: le pouvoir et le don. Le pouvoir conduit l’homme à la rencontre de son destin; le don l’oblige à partager avec les autres ce qu’il a de meilleur en lui.

4/ A tout être humain a été donnée une vertu: la capacité de choisir. Celui qui n’utilise pas cette vertu la transforme en malédiction et d’autres choisiront pour lui.

5/ Tout être humain a droit à deux bénédictions; la grâce de viser juste et la grâce de se tromper. Dans le second cas, il existe toujours un apprentissage qui le conduira au bon chemin.

6/ Tout être humain a un profil sexuel, et il doit l’exercer sans culpabilité du moment qu’il n’oblige pas les autres à l’exercer avec lui.

7/ Tout être humain a une légende personnelle à accomplir et celle-ci est sa raison d’être dans ce monde. Sa légende personnelle se manifeste au moyen de l’enthousiasme pour sa tâche.

Paragraphe unique. On peut abandonner un certain temps sa légende personnelle à condition qu’on ne l’oublie pas et qu’on y revienne dès que possible.

8/ Tout homme a un côté féminin et toute femme un côté masculin. Il est nécessaire de recourir à la discipline avec intuition et d’user de l’intuition avec objectivité.

A suivre…

Paolo Coelho, Comme le fleuve qui coule

Cultivez l’esprit d’équipe

Il me semble que les leaders les plus efficaces ne disent jamais « je ». Et ce n’est pas parce qu’ils ne sont pas entraînés à dire « je ».

Ils ne pensent pas « je ».

Ils pensent « nous »; ils pensent « équipe ».

Ils considèrent que leur travail consiste à faire fonctionner l’équipe.

Ils acceptent les responsabilités et ne les évitent pas, mais les honneurs reviennent à l’entité « nous »…

Voici ce qui crée la confiance, ce qui vous permet d’obtenir que la tâche soit accomplie.

Peter F. Drucker

Dans ma cuisine

Il y a quelques années, nous avons fait le choix de ne plus utiliser de micro-ondes.

Le notre ne fonctionnait plus, et volontairement, nous ne l’avons pas remplacé.

Au début, pour mon entourage cette décision était bizarre. Même à l’appart’ j’ai dû être ferme, mon amoureux remettait le sujet de sur le tapis régulièrement.

On nous a souvent proposé un : « j’en ai deux, t’en veux un, ça pourrait te dépanner? »

Euh, non, merci.

Ah?!

Malgré l’insistance et la pression (les gens pensent bien faire…), j’ai tenu bon :)

Et puis, je me suis aperçue, plus en plus de gens font également le choix de se passer de micro-ondes. J’en discutais le week-end  dernier avec une amie, maman de deux enfants de moins de trois ans, et qui elle aussi, vit très bien sans!

Ca crée de nouvelles habitudes, de nouveaux rituels. J’avoue préférer le bruit de l’eau qui crépite dans une casserole, l’odeur d’un plat réchauffé à feu doux  qui se diffuse dans la cuisine, au buzz et dring (stressant, non?) de l’appareil.

Pour le café, pas de machine type senseo chez nous. On utilise une cafetière italienne. Ca me rappelle plein de jolis souvenirs d’Italie (TOUT le monde en Italie utilise une banale cafetière italienne).

C’est un bel objet simple, fonctionnel, efficace, économique, très facile d’entretien et j’aime le goût du café préparé ainsi. Plus on s’en sert (c’est inusable) et meilleur le café est.

C’est un luxe d’avoir un objet qui se bonifie avec le temps, alors que de + en + d’objets sont pensés pour un usage unique ou (très) limité dans le temps.

Je n’ai rien contre la modernité,  je sélectionne ce qui m’intéresse. J’ai moins de trente ans, et j’aime cette forme de simplicité, c’est tout.

Ptêtre que les livres de Dominique Loreau  m’ont encore poussée dans cette direction :)

Ces quelques ajustements demandent quelques minutes de +, et certains diront qu’ils n’ont pas le temps.

Je fais le choix de ne plus courir sans cesse après le temps, je choisis de vivre, maintenant…

S’aimer et se féliciter

Quand je demande aux gens que j’accompagne en reiki, s’ils se félicitent la réponse, est souvent, « non, je vois surtout ce qui cloche chez moi. »

Dans leurs yeux, je lis de l’interrogation . « Me féliciter, moi? Et pourquoi donc? »

Se traiter avec douceur, bienveillance, faire un pas vers soi, est-ce si difficile?

On est pourtant la personne la mieux placée pour se donner de l’amour, non?

Pourquoi a-t-on tant besoin de se sentir aimé(e), approuvé(e) par l’autre, pour s’aimer soi-même?

Ironie du sort, c’est le processus contraire qui fonctionne: plus on s’aime et s’apprécie, plus on est bienveillant avec soi-même, et plus les autres le sont aussi à notre égard.

 L’amour de soi est confondu avec le narcissisme.

S’aimer, être à l’écoute de soi, de ses besoins, de ses envies, de son ressenti, de son intuition, c’est se respecter. Chacun de nous est unique.

Se féliciter, commence par des petites choses, une prise de conscience, une acceptation de soi dans sa globalité (accepter un trait de caractère, un « défaut »), un dépassement de soi, si minime soit-il, sont autant de sources de valorisation personnelle.