En mai

En mai, je sors la tête de l’eau!

En mai, j’ai envie de continuer à prendre des moments off. Ce sont mes soupapes, qui me permettent de tenir la barre du navire au quotidien.

En mai, je continue mon ménage de printemps. J’ai ressorti mon livre fétiche, Simplifiez votre intérieur. Il me donne instantanément la pêche pour démarrer. J’ai fait une liste de petites actions concrètes, pour me guider.

En mai, je m’occupe des vacances d’été. Trouver une destination adaptée avec deux enfants en bas-âge, pour que chacun puisse en profiter. Les critères? Une petite maison avec jardin ou appartement avec terrasse, pour prendre les repas dehors. A la campagne ou à la montagne, pas trop loin d’une jolie rivière.

En mai, je prends soin de moi. Je prévois un RDV cooconing par mois (non le dentiste ça ne compte pas!), pour les trois mois qui viennent. Chiche?

En mai, je me concentre sur ce qui va dans ma vie, sur ce qui me fait du bien à l’âme, qui rend joyeuse et positive. Je cultive mon bonheur.

En mai, je m’accorde trois plaisirs chaque jour. Une sieste, un moment de lecture, écrire sur le blog, une balade, un bon film, un moment de relaxation, un soin Reiki…

En mai, je prépare en douceur ma rentrée. Je réfléchis à l’organisation boulot que j’ai envie de mettre en place en septembre, pour concilier vie familiale et professionnelle. Sans oublier une part pour l’épanouissement personnel.

063

Publicités

En avril

Le printemps tarde à pointer le bout de son nez. Peu importe…

J’ai envie de rangement, d’épurer, de simplifier encore, de me délester du vieux.

J’ai envie de légumes, de salades, de soupes, de graines germées.

J’ai envie de me centrer sur mes priorités, ma petite famille, notre nouvelle vie à quatre, qu’on apprivoise.

J’ai envie de marcher, de bouger, de remettre mon corps en mouvement, tranquillement.

J’ai envie de trouver du temps pour moi, pour souffler un peu et faire autre chose que m’occuper d’eux. Partir (quelques heures) pour mieux revenir.

J’ai envie de couleurs, celles de l’arc en ciel, de gaité, de joie.

J’ai envie de renouveller mon abonnement à la bibliothèque et de bouquiner.

J’ai envie de fleurs aux couleurs vives.

J’ai envie de reprendre la pratique des soins et envois Reiki.

J’ai envie de me ressourcer à la campagne, de me balader, en famille.

Reiki et respect du libre arbitre

Pendant la formation pour l’initiation au troisième degré de Reiki, on a beaucoup parlé de l’importance du respect du libre arbitre et du risque d’endosser le rôle du sauveur.

C’est tellement facile de se laisser piéger! On a entre nos mains , un outil merveilleux, le Reiki, et la faculté de canaliser et transmettre cette énergie de guérison et d’amour à la fois douce et très puissante.

Or, le respect du libre arbitre est une règle absolue. Après tout, à chacun son cheminement, ses choix (conscients ou pas, peu importe), ses épreuves et ses joies qui en découlent.

Quand on capte ce qui cloche, que le schéma mental ou émotionnel saute aux yeux et qu’en plus on a un outil pour aider la personne, c’est tentant, avouons-le.

Mais puisqu’il n’y a pas de hasard, interférer sans que l’autre n’ait rien demandé (sans sa sollicitation ou son accord) c’est emputer le libre arbitre, et ne pas reconnaître l’aspect sacré de sa part créatrice.

Comment faire alors? Parfois, ne rien faire s’avère la solution la plus appropriée et aimante. Laisser l’autre gérer sa vie et assumer les responsabilités et les conséquences de ses choix, se tourner vers la palette d’outils qui lui parle.

Etre là, et proposer le Reiki à ceux qui le demandent, simplement, sans forcer ni convaincre.

Troisième degré de reiki

S’il est encore trop tôt pour évaluer de ce que l’initiation au troisième degré de Reiki m’apporte, je peux déjà vous dire que les changements sont multiples et subtiles, d’une fluidité sans pareil.

Je suis emplie d’une forte gratitude et connection à la nature, au monde végétal en particulier.

J’ai une envie d’essentiel et de simplicité à tous les niveaux, ça se traduit par un ménage de printemps, j’élague et j’épure mon intérieur au propre comme au figuré.

Je suis animée d’une authenticité impérieuse. Impossible de mentir, encore moins de me mentir à moi-même. J’ai été prévenue, au troisième degré c’est l’honnêteté qui est mis en avant parmi les 5 principes. Comme ça c’est clair.

Les rapports humains se redessinent et s’affinent alors, avec ce voile qui se lève. Impossible de continuer à « faire des efforts » pour ménager la chèvre et le chou, il est temps de me positionner clairement.

Pas pour blesser, exclure ou rejeter. Non, simplement pour être en accord avec moi même, me respecter et parce que je sens que je ne peux plus faire autrement qu’être moi et suivre mon intuition, écouter cette douce voix qui tantôt chuchote, tantôt chantonne à l’intérieur de moi…

Retour en douceur

Me voilà de retour. Après deux semaines de dolce vita, de journées rythmées selon nos envies, nos états d’âme, remplies de petits rien, ceux qui font tout, ceux qui me font aimer la vie.

Pas de nostalgie, j’ai aimé chaque instant de ces vacances, et j’apprécie aussi de rentrer et de retrouver mon home sweet home avec cette énergie si caractéristique de la rentrée où tout redémarre.

Bien envie de préserver cette douceur de vivre, cette facilité à apprécier le quotidien, accueillir l’instant exceptionnel, là où il y a de la banalité.

Un retour en douceur donc, où je retrouve mes marques et où les demandes de séances reiki sont nombreuses.

J’ai plaisir à aider les autres, sur leur chemin. Beaucoup de gens, viennent me voir sans avoir de problème particulier, parce qu’ils souhaitent évoluer, changer, faire bouger les choses dans leur vie. Période de transition générale. Je suis heureuse de les accompagner. Je me sens chanceuse et privilégiée de faire ce que j’aime et de pouvoir partager ma joie et cette belle énergie avec ceux qui en ont envie.

Oser vivre sa vie!

J’ai de + en + de gens  qui viennent pour des séances de Reiki car ils/elles ont besoin d’un coup de pouce, alors qu’ils/elles sont en plein changement dans leur vie.

Le nombre de « renaissances », est impressionnant.

Prise de conscience, remise en question professionnelle, volonté de redonner un sens à sa vie, d’évoluer avec ses envies, vivre tout simplement.

Changer sa vie, sortir de sa routine et de son train-train est un choix risqué.

On sait ce qu’on laisse derrière soi mais pas ce qu’on retrouve. L’inconnu fait peur. C’est pourtant ça la a vie: le changement, le mouvement, l’expérience. Celui qui désire vivre pleinement doit trouver un équilibre sans cesse renouvelé, sans savoir de quoi demain sera fait. Dans le fond, qui le sait? Alors autant vivre à fond, vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie!

Cela implique aussi sortir de sa zone de confort. Serais-je capable de… ? Pour le savoir, il faut se lancer. Dans un premier temps on voit les « impossibles », ensuite on trouve des solutions. Derrière chaque difficulté se cache une opportunité.

Le rapport au travail semble bien évoluer, souvent la remise en question d’un mode de vie passe par une reconversion ou un ajustement de l’activité professionnelle. Travailler moins, différemment, vivre plus, profiter davantage, gagner sa vie en se faisant plaisir. On dirait bien que la conscience collective évolue en ce sens.

Je suis heureuse de le voir dans mon quotidien et de contribuer, à mon niveau, notamment grâce au Reiki, à l’épanouissement de celles et ceux qui ont choisi de faire ce chemin jusqu’à Soi.