L’alimentation en pleine conscience

J’ai pris pas mal de poids avec deux grossesses rapprochées. Ma petite à 18 mois, les kilos de la grossesse se sont envolés, mais un certain nombre de kilos de la précédente sont restés.

Je suis sensible à ce que je met dans nos assiette, à la qualité de notre alimentation. Pourtant ces trois dernières années, j’ai souvent mangé dans le stress, trop vite… trop tout simplement.

La pleine conscience avec des enfants en bas âge, avec la fatigue, les nuits trop courtes et les journées intenses c’est pas fastoche!

Maintenant qu’ils sont plus autonomes, on prend nos repas ensemble. Le temps du repas n’est pas très long, mais j’arrive à manger et apprécier mon plat!

Je n’ai pas le désir de faire de régime avec des interdictions, où tout est contrôlé, pesé, mesuré. D’ailleurs j’ai viré deux balances, celle de la cuisine et celle de la sdb, qui ne fonctionnaient plus.

Petit à petit je me reconnecte à mes sensations : faim, satiété… J’identifie les émotions fortes, l’agacement, la fatigue, qui me donnent invariablement envie (besoin?) de manger pour « tenir ».

J’ai envie de remettre mon corps en mouvement, pas dans un défi de compétition, juste me sentir belle et bien vivante.

20140812_121318

Publicités

La valorisation du fait maison dans les restaurants

J’ai pour habitude de manger des produits frais, préparés simplement. Beaucoup de fruits en collation, entre les repas depuis quelques mois, alors qu’avant j’en consommais très peu. Mon amoureux, ne jure que par la cuisine au beurre, c’est aussi un épicurien à sa façon!

On aime aller au restaurant, pour voyager le temps d’un repas ou simplement manger un bout. Mais si c’est pour consommer du tout-prêt-pas-cuisiné, non merci, on ne le fait déjà pas chez nous!

Heureusement, de + en + d’adresses valorisent les produits de saison et le fait maison.

Souvent, le choix proposé est court. On préfère!

Après une jolie balade on s’est arrêté manger une bonne salade, à Fort Lalatte, en Bretagne

Le Petit restau était vraiment charmant (ils font aussi chambres d’hôtes) avec plein de détails soignés, une présentation aux petits oignons et de l’amour dans les assiettes.

Des produits sélectionnés chez les producteurs du coin, parfois bio.

CIMG6487180CIMG6493

 

 

Pardonner

Le pardon va de pair avec le lâcher prise.

Est-ce si important d’avoir raison?

No limit dans le temps ou dans l’espace,

Le pardon libère à la fois celui à qui on l’accorde

et soi-même.

Pardonner est un cadeau que l’on se fait

A soi

et à l’humanité.

En décidant maintenant

de laisser aller le passé et refermer une blessure émotionnelle

pour laisser de la place à demain, avec bienveillance

d’amour.CIMG6587

Marcher pour avancer

Je continue le travail sur moi avec des accompagnateurs.

Les points soulevés font écho mais j’ai l’impression que le changement ne se concrétise pas vraiment. Ou alors si mais très lentement. Bizarre, les énergies actuelles montrent que tout peut bouger assez vite.

Alors voilà ce qui m’est proposé: sortir du blabla, arrêter pour un temps les thérapies et passer par l’action.

Marcher, courir (hum), me mettre en mouvement, passer par l’action.

Marcher pour avancer, ça semble cohérent et tellement évident.

20140629_173738

 

 

Choisir de créer son bonheur

Le sage ne prétend pas contrôler ce qui se passe autour de lui,

il décide plutôt d’agir sur ce qui se passe en lui en choisissant ses états intimes.

Cette décision est accessible à tous.

Comme le peintre choisit les couleurs qui vont orner son tableau

pour créer harmonie et beauté,

de la même façon nous pouvons choisir les couleurs et les teintes

qui vont colorer notre existence.

C’est ainsi que l’on devient l’artiste de son bonheur.

Extrait du grand livre du bonheur

aout 2009 031

L’alimentation aussi évolue

Faire d’autres choix.

Commencer par ne pas remplacer le micro-ondes.

Intégrer du bio, un peu. Puis beaucoup.

Consommer de moins  en moins de produits industriels.

Moins de viande.

Plus de fruits.

 Manger des légumes crus plus souvent.

Ajouter des graines aux salades et des graines germées.

Choisir les céréales semi-complètes.

Consommer moins de sucre raffiné.

Limiter les produits laitiers, à base de lait de vache, dans un premier temps.

Privilégier les productions issues de l’agriculture locale et raisonnée.

Changer les modes de cuissons et la façon de cuisiner, de consommer.

Evoluer, doucement mais surement, sans brusquer.

Juste s’écouter.