La gratitude de l’instant présent

Quand on s’occupe d’enfants en bas âge on est connecté de façon très puissante à la réalité. L’ici et maintenant reprend ses droits, il y a peu de place pour le reste.

Les enfants m’apportent beaucoup. De la joie, de la douceur de vivre, de l’émerveillement et du rire.

Ils m’aident aussi à grandir, à apprécier l’instant, à mieux m’organiser.

Les moments libres, sont plus rares, ils reprennent une dimension sacrée.

L’envie d’aller à l’essentiel, ne pas gaspiller ces moments libres, choisir de les remplir de beau, de bonheur, d’activités, de rencontres, d’échanges ou de partages qui me font du bien.

Et rien d’autre!

054

Publicités

En mai

En mai, je sors la tête de l’eau!

En mai, j’ai envie de continuer à prendre des moments off. Ce sont mes soupapes, qui me permettent de tenir la barre du navire au quotidien.

En mai, je continue mon ménage de printemps. J’ai ressorti mon livre fétiche, Simplifiez votre intérieur. Il me donne instantanément la pêche pour démarrer. J’ai fait une liste de petites actions concrètes, pour me guider.

En mai, je m’occupe des vacances d’été. Trouver une destination adaptée avec deux enfants en bas-âge, pour que chacun puisse en profiter. Les critères? Une petite maison avec jardin ou appartement avec terrasse, pour prendre les repas dehors. A la campagne ou à la montagne, pas trop loin d’une jolie rivière.

En mai, je prends soin de moi. Je prévois un RDV cooconing par mois (non le dentiste ça ne compte pas!), pour les trois mois qui viennent. Chiche?

En mai, je me concentre sur ce qui va dans ma vie, sur ce qui me fait du bien à l’âme, qui rend joyeuse et positive. Je cultive mon bonheur.

En mai, je m’accorde trois plaisirs chaque jour. Une sieste, un moment de lecture, écrire sur le blog, une balade, un bon film, un moment de relaxation, un soin Reiki…

En mai, je prépare en douceur ma rentrée. Je réfléchis à l’organisation boulot que j’ai envie de mettre en place en septembre, pour concilier vie familiale et professionnelle. Sans oublier une part pour l’épanouissement personnel.

063

En janvier

054

Voilà, ce mois de janvier, qui n’en finissait pas, se termine. Je ne sais pas vous, mais moi je l’ai trouvé dense, chargé et ultra concentré en émotions.

Il y a comme une ambivalence spacio-temporelle, un flottement, les jours défilent au ralenti ou en accéléré, je ne saurais le dire.

Je suis passée par tout un panel d’émotions, de la joie, de la colère, de la peur, de la tolérance, de la compassion, du lâché prise. Puis, une infinie gratitude, d’être si bien entourée, par mes proches, ma famille (de sang ou de coeur) dans les moments difficiles. De belles occasions de se recentrer sur l’essentiel, les liens qui nous unissent les uns aux autres et la solidarité.

Finalement, j’aime la façon dont commence cette année. Tout va vite, les intentions clairement posées se réalisent rapidement, pour le meilleur, évidemment!

Je me défais encore un peu de mes vielles attaches, de mes conditionnements obsolètes, des raisonnements foireux devenus inutiles.

La communication devient plus claire et limpide. Cette année, plus que jamais, on est dans le vrai, l’honnêteté, avec soi avant tout. Chacun est mis face à ses choix et ses responsabilités, pour mieux avancer, grandir, évoluer et renaître. Et c’est tant mieux!

Bien enraciné

« C’est une magnifique histoire qui nous dit comment l’homme peut libérer la Divinité en lui et s’exprimer à son plus haut niveau.

Il est comme l’arbre planté auprès des cours d’eau; celui là portera fruit en son temps et jamais son feuillage ne sèche; tout ce qu’il fait réussit (Ps. 1 : 3).

L’analogie est claire.

L’arbre a ses racines dans la terre et l’arbre possède à l’intérieur une sagesse subjective qui permet à ses racines d’aspirer et de s’approprier tous les éléments chimiques et nutritifs nécessaires à son épanouissement.

Ses racines s’enfoncent profondément dans le sol pour extraire l’eau vivfiante, dont il a besoin.

De la même manière, vous êtes enraciné dans le Principe de Vie, et lorsque vous vous tournez vers cet Esprit infini en vous, et que vous vous unissez mentalement et spirituellement à l’Esprit Vivant vous êtes rafraîchit, revitalisé, régénéré et inspiré de Là-Haut.

L’Arbre de Vie est en vous, et les fruits de cet arbre sont l’amour, la joie, la paix, l’harmonie, les conseils, la bonne action et l’illumination. 

Vous pouvez tirer du plus profond de vous-même tout ce dont vous avez besoin pour vivre dans le bonheur et la plénitude. »

Dr Joseph Murphy, Comment utiliser les pouvoirs de votre subconscient.

Se connecter à son enfant intérieur

Notre enfant intérieur est la part créative, spontanée, authentique de nous-même.

Pistes pour se connecter à son enfant intérieur:

+ Prendre du temps pour exprimer sa créativité et tenter de nouvelles expériences

+ Marcher pour marcher et découvrir le monde d’un oeil neuf

+ Jouer, danser, chanter, se déguiser… bref célébrer la vie,

+ Peindre ou dessiner de la main non dominante : gauche pour les droitiers, droite pour les gauchers. Le résultat ne sera pas peut être pas précis, impeccable, mais sera parfait comme ça.

+ S’émerveiller. Notre enfant intérieur, avant d’être blessé n’est que joie, émerveillement et innocence. La beauté nourrit l’âme et le coeur d’enfant .

+ Exprimer librement ses émotions: joie, mais aussi colère, tristesse par la parole, le chant, le dessin, la peinture, la sculpture, le collage.