La gratitude de l’instant présent

Quand on s’occupe d’enfants en bas âge on est connecté de façon très puissante à la réalité. L’ici et maintenant reprend ses droits, il y a peu de place pour le reste.

Les enfants m’apportent beaucoup. De la joie, de la douceur de vivre, de l’émerveillement et du rire.

Ils m’aident aussi à grandir, à apprécier l’instant, à mieux m’organiser.

Les moments libres, sont plus rares, ils reprennent une dimension sacrée.

L’envie d’aller à l’essentiel, ne pas gaspiller ces moments libres, choisir de les remplir de beau, de bonheur, d’activités, de rencontres, d’échanges ou de partages qui me font du bien.

Et rien d’autre!

054

Le désordre comme bouclier émotionnel

Vous sentez-vous gêné(e) quand il y a trop d’espace vide ou de temps libre?

Le désordre remplit commodément cet espace et occupe votre temps.

Mais vous évitez quoi?

Généralement, c’est la solitude, la peur de l’intimité ou une autre émotion enfouie et il paraît plus simple de la recouvrir avec du désordre plutôt que de lui faire face.

Vous avez néanmoins besoin de dépenser une énergie colossale pour nier continuellement vos émotions.

Vous serez éblouie de voir comme votre vie décollera lorsque vous ferez enfin face à vos angoisses!

Se débarrasser de son désordre est l’une des façon les moins douloureuses pour réaliser cela, car vous pouvez le faire à votre propre rythme.

Simplifiez votre intérieur, Karen Kingston

036

Un temps pour tout et du temps pour soi

Cet article , lu chez Witney correspond tout à fait à ce que je vis en ce moment.

Une période charnière, et l’emploi du temps bien chargé qui va avec pour mener à bien différents projets, à gérer en même temps avec des délais serrés.

Et aussi un besoin de repos avec lequel il faut composer.

Avant, j’aurais probablement dispersé mon énergie rapidement, sans m’accorder le moindre répit dans la journée, sans écouter mon corps, allant même jusqu’à « oublier » de prendre le temps de boire un verre d’eau!

Que de chemin parcouru depuis…

Pour rester zen, quand tout s’agite, ma devise c’est une chose à la fois, chaque chose en son temps.

Faire des listes ça aide à s’organiser, avoir une vue d’ensemble, définir les priorités, l’urgent et l’important.

Ensuite, rien de tel que de se concentrer sur ce qu’on fait dans l’instant. Une chose à la fois, le + en conscience possible. C’est réalisable que si l’on est vraiment à ce qu’on fait, sans (trop) penser au reste.

C’est marrant, j’ai l’air d’en faire moins, je suis + calme, et paradoxalement  j’y gagne en efficacité, j’accomplis davantage, plus vite et mieux.

Optimisation des ressources!

Mon entourage apprécie aussi ;-)

Et zéro culpabilité à m’accorder des pauses , même si j’ai encore beaucoup à faire. Parce que je ressens lorsque mon corps (et mon esprit !) en a besoin, et ça personne d’autre que moi peut le savoir. Alors je m’écoute. « Faire une pause » ou « ne rien faire » n’est pas sur ma to do liste, mais ça fait partie de mes priorités, c’est important et je n’attends plus que cela devienne urgent.

Un moment de calme, pour méditer, prendre du recul, me recentrer, respirer, me faire un soin reiki, ou une petite sieste, et hop je repars de + belle :-)

Se laisser porter par l’instant

En lisant le bulletin astro du mois de septembre de Danielle Clermont, plusieurs passages sont entrés en raisonnance en moi.

Cet été, j’ai aussi été bercée par l’instant présent.

Pas de planning figé, de programme chargé établit bien à l’avance pour les vacances comme c’était souvent le cas les années précédentes. On avait établit les grandes lignes de notre voyage en Italie, décidé des étapes pour le retour, booké deux nuits d’hôtel juste avant de partir.

Bref, on a posé les bases en somme, sans trop savoir à l’avance ce qui allait se passer et surtout sans avoir envie trop de prévoir.

Chaque jour était fait d’un doux mélange entre improvisation et routine de saison (plage, BBQ, balades, siestes…) et c’était bon, de vivre sans contraintes, au gré de nos envies.

Les rares fois où l’on parlait du programme des jours suivants, du lendemain ou même de l’après midi, c’était pour se dire finalement « on verra sur le moment. »

Depuis qu’on est rentré, les choses ont un peu changé, c’est vrai, mais malgré tout ce flow reste présent.

S’organiser oui, décider de tout à l’avance non. Laisser du vide à remplir au fur et à mesure avec ce qui vient, laisser de la place à l’improvisation, cette part d’imprévu qui met de la magie dans le quotidien.

Pour cette rentrée, avec son énergie  dynamique de renouveau, de commencement, l’idée c’est chaque chose en son temps, un temps pour chaque chose. Oui! Et aussi prendre son temps, parce que ce qui est bon c’est de savourer la vie!