Alors ce ménage de printemps?

Alors, alors, ce ménage de printemps?

Ca avance, petit pas après petit pas, une action en entraînant une autre.

Bilan, positif!

+ J’ai fait le tri et dans mon armoire. Quatre sacs de fringues, chaussures et accessoires sont partis pour une association.

+ Deux tirroirs à chaussettes ont été complètement vidés. Après éradication des esseulées, des grisâtres, des trouées,  il y avait peu de survivantes. Le stock a été mis à jour avec du neuf.

+ Un sac de vêtement de grossesse a été donné à une amie, future maman, pour la troisième fois.

+ Le linge de la commode des enfants ainsi que le linge de maison (serviettes de toilettes et draps) a été trié, replié, mieux rangé.

+ J’ai acheté une pochette pour ranger les CD et jetté pas mal de boîtes, pour libérer de la place dans la bibliothèque.

+ Les rebords des fenêtres ont été nettoyés (rhaaa!)

+ J’ai dressé une liste de ce qui pouvait être vendu sur le boncoin (combinaison de ski neuve, manteau, bottes jamais portées, petit matériel de puériculture, table basse…)

+ Un bon tri « papiers » a été effectué. La pile de documents à traiter à diminuer de moitié. Il reste encore à faire de ce côté là.

+ Les deux tirroirs encombrés dans la cuisine ont été vidés, nettoyés et rangés.

+ Une pile de vieux magasines est partie à la poubelle.

+ Deux batteries de téléphones portables ont été changées et un chargeur remplacé.

+ Quelques actions « en attente » ont été rayées de ma to-do list. Des RDV médicaux (ophtalmo, dentiste…) ont été pris.

Et vous, le ménage de printemps, vous êtes dedans?

Publicités

Le désordre comme bouclier émotionnel

Vous sentez-vous gêné(e) quand il y a trop d’espace vide ou de temps libre?

Le désordre remplit commodément cet espace et occupe votre temps.

Mais vous évitez quoi?

Généralement, c’est la solitude, la peur de l’intimité ou une autre émotion enfouie et il paraît plus simple de la recouvrir avec du désordre plutôt que de lui faire face.

Vous avez néanmoins besoin de dépenser une énergie colossale pour nier continuellement vos émotions.

Vous serez éblouie de voir comme votre vie décollera lorsque vous ferez enfin face à vos angoisses!

Se débarrasser de son désordre est l’une des façon les moins douloureuses pour réaliser cela, car vous pouvez le faire à votre propre rythme.

Simplifiez votre intérieur, Karen Kingston

036

Un peu de space clearing pour bien finir l’année?

Les périodes de changements sont de belles occasions pour simplifier et libérer son espace. Espace intérieur, espace extérieur, vous le savez, tout est lié.

A l’occasion d’un changement d’activité professionnelle, d’un changement familial, d’un changement de saison, ou simplement pour avancer dans sa vie, le space clearing donne une impulsion au mouvement!

Libérer l’espace pour laisser entrer du neuf dans son quotidien, que ce soit des projets, de nouvelles rencontres ou des objets…

Quelques pistes pour démarrer en douceur et faire place nette:

+ se débarrasser de vieux magasines. L’information est très accessible via internet, inutile de stocker des piles et des piles de journaux.

+ changer les piles des objets qui en ont besoin.

+ se débarrasser du tas de sacs et cabas en plastiques. Certe, on en utilise moins qu’il y a quelques années, mais quand même… En garder deux ou trois est bien suffisant.

+ trier les stylos et ne conserver que ceux qui fonctionnent.

+ trier et classer ses papiers. Une fois par an, faire le point sur les documents qu’il faut conserver et ceux dont on peut se débarrasser.

+ vider la corbeille de son ordinateur.

+ vider et nettoyer son frigo.

Plein de pistes pour avancer sur le space clearing sur le blog de Karen Kingston et dans son livre Liberez votre espace intérieur (je vous en parlais ) qui dégage une envie irrésistible de propre!

Ménage de printemps

Je profite des derniers jours de printemps pour faire mon grand ménage.

Environ deux fois par an, au printemps et à l’automne, j’ai besoin faire place nette.

Je trie, je donne, je vends, je jette ce qui doit l’être. Je redécouvre, je nettoie, j’épure, je déplace les meubles pour aspirer la poussière dessous, pour essayer une nouvelle disposition, je vide les placards, j’astique à fond.

Oh pas en une seule fois, sur plusieurs jours. J’entreprends des « petits chantiers » pour commencer et me donner du courage. Effet domino, je retourne l’appart en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

La beauté d’un lieu passe aussi par le vide, par l’espace. C’est ainsi que l’on met en valeur l’existant, les lignes, les courbes.  Les objets que l’on aiment tant occupent alors la juste place et l’attention qu’ils méritent.

Ce grand ménage est l’occasion de se débarrasser, sans scrupules, ni culpabilité, de ces cadeaux qui n’en sont pas, c’est à dire de ces objets lourds de sens ou qui ne me plaisent pas, qui traînent au fond d’un placard. Je pourrais ne pas les accepter du tout, ça serait une forme de respect de soi. Je n’en suis pas là. Le deal avec moi-même c’est que je ne garde pas ce qui ne me convient pas. J’ai décidé de ne plus m’encombrer avec ces objets qui supposent une quelconque contrepartie, ou qui ne me correspondent ou ne me plaisent pas tout simplement. Idem pour les relations d’ailleurs.

Pendant que j’y suis, je vire aussi tous les vieux magazines, les « au cas où » qui n’ont pas servi depuis 6 mois-un an. Si la nécessité se présente, des solutions existent pour faire face à un besoin matériel ;-)

Une fois ce grand ménage terminé, j’aère à fond et j’adore cette sensation de renouveau, cette énergie fraîche. J »ai les idées claires, je suis pleine d’entrain. Epurer son intérieur, c’est aussi une façon de mettre de l’ordre à l’intérieur de soi. Et là, un joli bouquet de fleur s’impose, comme une récompense, pour peaufiner mon œuvre!

Pour m’inspirer et me donner envie de m’y mettre, à ce fameux ménage de printemps, quelques jours avant de commencer je lis quelques passages de L’art de la simplicité de Dominique Loreau ou de Libérez votre intérieur de Karen Kingston. Deux livres dont l’énergie minimaliste est redoutable!