L’alimentation en pleine conscience

J’ai pris pas mal de poids avec deux grossesses rapprochées. Ma petite à 18 mois, les kilos de la grossesse se sont envolés, mais un certain nombre de kilos de la précédente sont restés.

Je suis sensible à ce que je met dans nos assiette, à la qualité de notre alimentation. Pourtant ces trois dernières années, j’ai souvent mangé dans le stress, trop vite… trop tout simplement.

La pleine conscience avec des enfants en bas âge, avec la fatigue, les nuits trop courtes et les journées intenses c’est pas fastoche!

Maintenant qu’ils sont plus autonomes, on prend nos repas ensemble. Le temps du repas n’est pas très long, mais j’arrive à manger et apprécier mon plat!

Je n’ai pas le désir de faire de régime avec des interdictions, où tout est contrôlé, pesé, mesuré. D’ailleurs j’ai viré deux balances, celle de la cuisine et celle de la sdb, qui ne fonctionnaient plus.

Petit à petit je me reconnecte à mes sensations : faim, satiété… J’identifie les émotions fortes, l’agacement, la fatigue, qui me donnent invariablement envie (besoin?) de manger pour « tenir ».

J’ai envie de remettre mon corps en mouvement, pas dans un défi de compétition, juste me sentir belle et bien vivante.

20140812_121318

Publicités

La valorisation du fait maison dans les restaurants

J’ai pour habitude de manger des produits frais, préparés simplement. Beaucoup de fruits en collation, entre les repas depuis quelques mois, alors qu’avant j’en consommais très peu. Mon amoureux, ne jure que par la cuisine au beurre, c’est aussi un épicurien à sa façon!

On aime aller au restaurant, pour voyager le temps d’un repas ou simplement manger un bout. Mais si c’est pour consommer du tout-prêt-pas-cuisiné, non merci, on ne le fait déjà pas chez nous!

Heureusement, de + en + d’adresses valorisent les produits de saison et le fait maison.

Souvent, le choix proposé est court. On préfère!

Après une jolie balade on s’est arrêté manger une bonne salade, à Fort Lalatte, en Bretagne

Le Petit restau était vraiment charmant (ils font aussi chambres d’hôtes) avec plein de détails soignés, une présentation aux petits oignons et de l’amour dans les assiettes.

Des produits sélectionnés chez les producteurs du coin, parfois bio.

CIMG6487180CIMG6493

 

 

L’alimentation aussi évolue

Faire d’autres choix.

Commencer par ne pas remplacer le micro-ondes.

Intégrer du bio, un peu. Puis beaucoup.

Consommer de moins  en moins de produits industriels.

Moins de viande.

Plus de fruits.

 Manger des légumes crus plus souvent.

Ajouter des graines aux salades et des graines germées.

Choisir les céréales semi-complètes.

Consommer moins de sucre raffiné.

Limiter les produits laitiers, à base de lait de vache, dans un premier temps.

Privilégier les productions issues de l’agriculture locale et raisonnée.

Changer les modes de cuissons et la façon de cuisiner, de consommer.

Evoluer, doucement mais surement, sans brusquer.

Juste s’écouter.

Choix alimentaires et vie sociale

Depuis un moment le sujet de l’alimentation me titille.

Envie, nécessité de manger sain.

J’avais déjà expliqué ici  ma façon de consommer, de choisir des produits principamlement bio (fruits et légumes, céréales demi complètes, huile d’olive…).

Dans mes placards il y a de l’épautre, du riz demi complet de camargue, du quinoa, du boulgour, de la semoule, des pâtes, du sirop d’agave, du miel, des épices, de la sauge, de la verveine, du thym cueilli dans la guarrigue, des graines de sésame, de lin, de tournesol, des lentilles corail, des amandes, une ou deux boîtes de thon, du chocolat noir, du café, du thé, quelques pots de compotes bio pour bébé, du lait infantile.

Je ne suis pas végétarienne, je mange des oeufs, de moins en moins de viande, un peu de viande blanche, de la viande rouge plus rarement (en gros lorsque je suis invitée), ce que je préfère c’est le poisson et les crustacés.

Je bois de l’eau minérale, j’ai mes marques de prédilections et j’ai toujours une bouteille avec moi! Je ne consomme pas de soda, peu de jus de fruits (bio). Quand je suis invitée quelque part, les gens s’étonnent que je ne veuille boire « que » de l’eau et sont « embetés », je dois insiter!

Je bois un peu d’alcool le week end,  j’aime les bons vins!

Chez nous, pas de plats tout près et assez peu de produits transformés (pas de surimi, de kna*ki), parfois des ravioles ou des quenelles, des patisseries et viennoiseries de temps en temps.

Je n’ai pas mis les pieds dans un fast food depuis plusieurs années et depuis ma grossesse je n’aime plus du tout les kebabs (rien que l’odeur me dégoûte).

Je préfère la simplicité, j’ai été élevée au « fait maison » et produits frais. Ca marque. Pareil pour mon homme qui est cuisinier. Nos parents cultivent un potager et ont toujours accordé une grande place aux légumes dans l’alimentation quotidienne.

Je consomme pas beaucoup de fruits, mais j’y viens.

L’alimentation crue me tente aussi, pas à 100% mais laisser plus de place aux aliments vivants et découvrir une nouvelle façon créative et amusante de se nourrir.

Quand il ne s’agit que de moi, la semaine, c’est simple de gérer mes menus, je mange ce qui me plaît et selon le temps que j’ai pour cuisiner.

En couple, c’est une autre histoire. L’irruption bio a été folklo! Petit à petit mon cher et tendre s’y est fait et a accepté mes choix. Je n’ai plus besoin de lui préciser « bio » à chaque articles sur les listes de courses, il sait et me surprend même parfois!

Pour les repas que nous prenons ensemble, le week end et pendant les vacances, on trouve des compromis, on prépare des plats qui nous plaisent à tous les deux. On se fait des soirées sushis (concocté par ses soins avec amour), des plats de poisson qu’il cuisine à la perfection, des risottos, des grandes salades. Des soirées pizzas aussi (artisanales et cuites au feu de bois)

Lui adore la viande rouge, alors il en mange de son côté la semaine.

Chacun ses choix et sa liberté. Je ne cherche pas à convaincre. D’ailleurs j’en parle rarement autour de moi et je feinte quand je reçois du monde, trouve des compromis pour que le repas plaise à tous et que l’on passe un moment convivial. Epautre, légumes et tofu ça pourrait surprendre! ;-)

Je ne me force pas, je suis comme ça parce que j’en ai envie. Sans être extremiste pour autant.

On cuisine pour notre enfant. Dans les pots tout prêts, même bio, il n’y a pas d’amour… Et puis c’est chouette de lui faire découvrir les saveurs. Les pots tout prêts sont pratiques de temps en temps pour partir en balade ou quand je suis pressée.

Ce mode de vie est simple dans l’intimité, plus compliqué en société, pas toujours compris par mon entourage.

J’ai conscience de passer parfois pour une extraterrestre avec mes idées.

Alors je mets de l’eau dans mon vin, zappe mes principes et m’adapte à la situation car le plus important est de passer un bon moment avec des gens que j’aime, ça aussi ça me nourrit.

Salade d’été crue et colorée

Vous avez sûrement entendu parler des bienfaits et de l’importance d’une alimentation crue.

 Les nutriments, vitamines et minéraux sont ainsi préservés et la digestion est facilitée.

Voici une de mes salades complètes préférées, colorée et savoureuse

+ saumon cru extra frais (le choisir de très bonne qualité, sans OGM et même bio si possible)

+ un avocat coupé en dés

+ carotte râpée

+ poivron rouge et jaune bio coupés en petits dés

assaisonnement:

+ le jus d’un citron non traité

+ huile d’olive extra vierge

+ gomasio (mélange de sel et sésame)

+ quelques feuilles de menthe fraîche ciselées

Mélanger l’ensemble des ingrédients, servir aussitôt.

Bon appétit :-)