Lâcher prise et acceptation

2013 commence fort!

Je vis une situation où le lâcher prise est de mise.

Je suis amenée à choisir entre ruminer, m’accrocher à mes exigeances et mon désir de contrôle (c’est tellement rassurant d’avoir les choses en mains, de tout gérer soi-même!) et lâcher prise en acceptant ce qui est. Accepter la situation, avec ses différentes facettes et, au final, ses bons côtés,aussi.

J’ai oscillé une semaine entre les deux états, tantôt frustrée à voir le verre à moitié vide, à me sentir victime et impuissante; tantôt positive à voir le verre à moitié plein.

Et puis j’ai eu un déclic. Les choses sont ce quelles sont. J’ai l’opportunité de déléguer, de faire confiance et de me reposer, pour un temps. Je pourrais me dire que je n’ai pas le choix, mais ce serait me mentir. Le choix on l’a toujours. En 2013, le mensonge n’a plus sa place, surtout envers soi-même.

Alors je choisis d’accepter, parce que c’est ainsi. Aller à contre courant ne sert à rien, autant tirer parti de ce qui est acté et déployer son énergie dans le sens du vent.

mare

10 lois universelles

+ Tout est énergie, vibration, tout est connecté: nous sommes tous Un,

+ Lorsque mes trois centres de création (pensée parole action) sont alignés

je manifeste facilement mes rêves et intentions.

+ Plus je donne, plus je reçois

+ Il n’y a rien de bien ou mal, juste une cause et un effet :

tout ce que je fais a une conséquence.

Si la conséquence ne me donne pas satisfaction, je fais un nouveau choix.

+ Je remplace le désir par le choix.

+ Les défis, les challenges, les problèmes sont des opportunités

+ Si quelque chose me déplait, je me concentre sur son contraire

+ Tout est amour ou peur. De quel point de vue je me place?

+ Il n’y a qu’un seul temps: le présent

+ L’extérieur est le reflet de l’intérieur et vice versa.

Choix alimentaires et vie sociale

Depuis un moment le sujet de l’alimentation me titille.

Envie, nécessité de manger sain.

J’avais déjà expliqué ici  ma façon de consommer, de choisir des produits principamlement bio (fruits et légumes, céréales demi complètes, huile d’olive…).

Dans mes placards il y a de l’épautre, du riz demi complet de camargue, du quinoa, du boulgour, de la semoule, des pâtes, du sirop d’agave, du miel, des épices, de la sauge, de la verveine, du thym cueilli dans la guarrigue, des graines de sésame, de lin, de tournesol, des lentilles corail, des amandes, une ou deux boîtes de thon, du chocolat noir, du café, du thé, quelques pots de compotes bio pour bébé, du lait infantile.

Je ne suis pas végétarienne, je mange des oeufs, de moins en moins de viande, un peu de viande blanche, de la viande rouge plus rarement (en gros lorsque je suis invitée), ce que je préfère c’est le poisson et les crustacés.

Je bois de l’eau minérale, j’ai mes marques de prédilections et j’ai toujours une bouteille avec moi! Je ne consomme pas de soda, peu de jus de fruits (bio). Quand je suis invitée quelque part, les gens s’étonnent que je ne veuille boire « que » de l’eau et sont « embetés », je dois insiter!

Je bois un peu d’alcool le week end,  j’aime les bons vins!

Chez nous, pas de plats tout près et assez peu de produits transformés (pas de surimi, de kna*ki), parfois des ravioles ou des quenelles, des patisseries et viennoiseries de temps en temps.

Je n’ai pas mis les pieds dans un fast food depuis plusieurs années et depuis ma grossesse je n’aime plus du tout les kebabs (rien que l’odeur me dégoûte).

Je préfère la simplicité, j’ai été élevée au « fait maison » et produits frais. Ca marque. Pareil pour mon homme qui est cuisinier. Nos parents cultivent un potager et ont toujours accordé une grande place aux légumes dans l’alimentation quotidienne.

Je consomme pas beaucoup de fruits, mais j’y viens.

L’alimentation crue me tente aussi, pas à 100% mais laisser plus de place aux aliments vivants et découvrir une nouvelle façon créative et amusante de se nourrir.

Quand il ne s’agit que de moi, la semaine, c’est simple de gérer mes menus, je mange ce qui me plaît et selon le temps que j’ai pour cuisiner.

En couple, c’est une autre histoire. L’irruption bio a été folklo! Petit à petit mon cher et tendre s’y est fait et a accepté mes choix. Je n’ai plus besoin de lui préciser « bio » à chaque articles sur les listes de courses, il sait et me surprend même parfois!

Pour les repas que nous prenons ensemble, le week end et pendant les vacances, on trouve des compromis, on prépare des plats qui nous plaisent à tous les deux. On se fait des soirées sushis (concocté par ses soins avec amour), des plats de poisson qu’il cuisine à la perfection, des risottos, des grandes salades. Des soirées pizzas aussi (artisanales et cuites au feu de bois)

Lui adore la viande rouge, alors il en mange de son côté la semaine.

Chacun ses choix et sa liberté. Je ne cherche pas à convaincre. D’ailleurs j’en parle rarement autour de moi et je feinte quand je reçois du monde, trouve des compromis pour que le repas plaise à tous et que l’on passe un moment convivial. Epautre, légumes et tofu ça pourrait surprendre! ;-)

Je ne me force pas, je suis comme ça parce que j’en ai envie. Sans être extremiste pour autant.

On cuisine pour notre enfant. Dans les pots tout prêts, même bio, il n’y a pas d’amour… Et puis c’est chouette de lui faire découvrir les saveurs. Les pots tout prêts sont pratiques de temps en temps pour partir en balade ou quand je suis pressée.

Ce mode de vie est simple dans l’intimité, plus compliqué en société, pas toujours compris par mon entourage.

J’ai conscience de passer parfois pour une extraterrestre avec mes idées.

Alors je mets de l’eau dans mon vin, zappe mes principes et m’adapte à la situation car le plus important est de passer un bon moment avec des gens que j’aime, ça aussi ça me nourrit.

Reiki et respect du libre arbitre

Pendant la formation pour l’initiation au troisième degré de Reiki, on a beaucoup parlé de l’importance du respect du libre arbitre et du risque d’endosser le rôle du sauveur.

C’est tellement facile de se laisser piéger! On a entre nos mains , un outil merveilleux, le Reiki, et la faculté de canaliser et transmettre cette énergie de guérison et d’amour à la fois douce et très puissante.

Or, le respect du libre arbitre est une règle absolue. Après tout, à chacun son cheminement, ses choix (conscients ou pas, peu importe), ses épreuves et ses joies qui en découlent.

Quand on capte ce qui cloche, que le schéma mental ou émotionnel saute aux yeux et qu’en plus on a un outil pour aider la personne, c’est tentant, avouons-le.

Mais puisqu’il n’y a pas de hasard, interférer sans que l’autre n’ait rien demandé (sans sa sollicitation ou son accord) c’est emputer le libre arbitre, et ne pas reconnaître l’aspect sacré de sa part créatrice.

Comment faire alors? Parfois, ne rien faire s’avère la solution la plus appropriée et aimante. Laisser l’autre gérer sa vie et assumer les responsabilités et les conséquences de ses choix, se tourner vers la palette d’outils qui lui parle.

Etre là, et proposer le Reiki à ceux qui le demandent, simplement, sans forcer ni convaincre.

Se donner le choix

En formation cette semaine, j’ai entendu plusieurs fois, lorsque l’on se présentait et évoquait nos motivations à tour de rôle « je suis là parce que je n’ai pas le choix ». 

Cette phrase entendue souvent autour de moi ces derniers temps, principalement dans le cadre d’une passivité professionnelle, me fais réagir.

Pas besoin de mettre ma cape de sauveur, je sais que chacun chemine à son rythme, sur la route qu’il créé -qu’il le croit ou non – et que c’est très bien comme ça.

Pourtant reprendre les rênes de sa vie, c’est fun et pas si compliqué. Accepter ses responsabilités ouvre bien des portes, dont la possibilité de choisir de se reconnecter à soi. L’homme a-t-il peur de sa propre grandeur, au point de brimer sa liberté ?

Sortons de cet espace de victime.

Osons laisser place au meilleur.

Les neufs révélations de la prophétie des andes

Les neufs révélations

1/ Coïncidences et synchronicités

2/ Eveil au sacré et à l’énergie divine

3/ Prise de conscience du mode de fonctionnement humain

et de la création de conflits

4/ Peur: déconnexion de l’énergie sacrée

5/ Reconnexion personnelle avec le divin

6/ Conscience spirituelle et changement

7/ Intuition et guidance

8/ Interprétation positive

9/ Co-création de la Nouvelle Terre en conscience

Le partage des idées je vote pour

Avant lorsque j’avais une idée (forcément bonne!!) j’aimais bien la garder pour moi pour pas qu’on me la pique.

Je la protégeais comme un trésor, elle m’appartenait, j’en avais l’exclusivité. Enfin c’est ce que je croyais…

Cette conception de propriété est obsolète.

Les idées flottent dans l’air, elles circulent et s’échangent.

Plus on donne, plus on fait de place en soi pour recevoir, c’est pas nouveau, l’un ne va pas sans l’autre et ça marche aussi pour les idées.

Les entreprises et entrepreneurs évoluent en matière de stratégie et de communication avec notamment les nouvelles technologies, l’information est si vite partagée (merci les blogs, réseaux sociaux etc). Pleins de modèles de réussite se basent sur le partenariat, la mise en commun de savoir, la diffusion d’information. Effet de synergie, plutôt que de bidouiller seul dans son coin.

Le propre de l’humain c’est l’autonomie et l’interdépendance dans le groupe. Rentrer, sortir, échanger, partager et co-évoluer sur la base du libre arbitre et des choix de chacun.

Ce qui diffère d’une personne à l’autre c’est l’énergie qu’elle dégage, l’empreinte identitaire.

Deux personnes peuvent proposer le même concept de service, il y a derrière une énergie différente, un savoir être qu’aucun savoir faire ne saurait égalé.