Grossesse, rapport à la vie, naissance

Quelques idées:

+ En théorie la femme pourrait choisir d’ovuler et l’homme d’éjaculer. En pratique, il y a du chemin à faire…

+ la grossesse fait évoluer l’âme qui s’incarne et l’âme de la femme enceinte (même si la grossesse dure quelques mois seulement)

+ la grossesse permet de se souvenir d’où l’on vient et permet de faire remonter pas mal de trucs inconscients liés notamment à l’enfance, la relation avec les parents, différentes peurs (abandon etc).

+ L’incarnation est un choix de l’âme de descendre dans la matière.

+ L’âme qui s’incarne choisit ses parents

+ Avortement ou fausse couche: choix en commun de l’expérience (à un certain niveau, souvent inconscient) entre la mère et l’enfant

+ L’accouchement: c’est le bébé qui choisi le moment et qui déclenche l’accouchement

+ Présentation par le siège: peur du bébé, envie de faire « marche arrière »

+ Beaucoup de naissances sont assez violentes pour les bébés qui passent d’un environnement aimant, chaud et doux (le ventre de la mère) au monde extérieur avec lumière forte, bruits, peu d’intimité parfois, séparation trop rapide de la mère (pour les soins qui pourraient attendre un peu etc). Ce n’est peut être pas un hasard si il y a tant de violence dans la société.

+ La naissance conditionne notre rapport au changement à chaque étape de la vie (réactivation de la mémoire)

+ Importance de communiquer avec le bébé , bien avant la naissance. Il perçoit les émotions de sa mère, de son père, il est sensible à l’environnement extérieur.

Oser vivre sa vie!

J’ai de + en + de gens  qui viennent pour des séances de Reiki car ils/elles ont besoin d’un coup de pouce, alors qu’ils/elles sont en plein changement dans leur vie.

Le nombre de « renaissances », est impressionnant.

Prise de conscience, remise en question professionnelle, volonté de redonner un sens à sa vie, d’évoluer avec ses envies, vivre tout simplement.

Changer sa vie, sortir de sa routine et de son train-train est un choix risqué.

On sait ce qu’on laisse derrière soi mais pas ce qu’on retrouve. L’inconnu fait peur. C’est pourtant ça la a vie: le changement, le mouvement, l’expérience. Celui qui désire vivre pleinement doit trouver un équilibre sans cesse renouvelé, sans savoir de quoi demain sera fait. Dans le fond, qui le sait? Alors autant vivre à fond, vivre ses rêves plutôt que rêver sa vie!

Cela implique aussi sortir de sa zone de confort. Serais-je capable de… ? Pour le savoir, il faut se lancer. Dans un premier temps on voit les « impossibles », ensuite on trouve des solutions. Derrière chaque difficulté se cache une opportunité.

Le rapport au travail semble bien évoluer, souvent la remise en question d’un mode de vie passe par une reconversion ou un ajustement de l’activité professionnelle. Travailler moins, différemment, vivre plus, profiter davantage, gagner sa vie en se faisant plaisir. On dirait bien que la conscience collective évolue en ce sens.

Je suis heureuse de le voir dans mon quotidien et de contribuer, à mon niveau, notamment grâce au Reiki, à l’épanouissement de celles et ceux qui ont choisi de faire ce chemin jusqu’à Soi.

Qui a piqué mon fromage?

Le docteur Spencer est l’auteur mondialement connu de best -sellers qui ont aidé des millions de personnes à découvrir les moyens tout simples de profiter de la vie, avec plus de succès et beaucoup moins de stress.

 Qui a piqué mon fromage est l’histoire  édifiante  de deux tout petits hommes, les « minigus » Polochon et Baluchon, et de  deux souris, Flair et Flèche, qui évoluent dans un labyrinthe.  

Les quatre compères  se repaissent de fromage tous les jours, à un endroit précis du dédale. Mais un beau matin, leur fromage vient à disparaître. Cette épreuve prendra les uns au dépourvu… et sera surmontée avec brio par les autres.

Le fromage symbolise les objectifs personnels que chacun se fixe. Le labyrinthe représente le cadre de notre quête – le couple, le foyer, l’entreprise ou la société. Et les quatre personnages incarnent, chacun à sa mesure, une part de nous-même.

Cette fable souriante vise à chasser nos peurs, nos inhibitions et nos préjugés face au changement. Elle nous incite à l’anticiper, à le dédramatiser, et même à nous en réjouir.

La grande surprise que nous réserve cet étonnant récit est que, en la matière, les êtres humains ont beaucoup à apprendre des rongeurs!

Un livre inspirant, marrant et puissant, à découvrir et à offrir.

L’effet miroir

Un article pris sur le blog Chemin de vie qui illustre bien :l’effet miroir

Nous sommes les miroirs des uns des autres

Chaque fois que vous vivez une situation qui vous dérange (colère, peur, etc.), dites-vous cette phrase. Elle vous ramène à vous-mêmes et à réaliser pourquoi cette situation vous contrarie et vous fait peut-être vivre des émotions peu agréables.

Comment ?

Lorsque nous sommes contrariés par quelque chose, c’est que le retour de situation nous ramène (souvent inconsciemment) à une partie de nous-mêmes que nous n’avons pas réglée / guérie. Un « pattern » qui se répète peut-être souvent, par ailleurs, si on fait un retour sur notre vie passée et courante.
Le but, dans cette pratique, est de ramener à notre conscience ce que nous n’avons pas guéri encore et qui nous fait vivre des situations qui ne nous sont pas agréables.

Nous ne sommes jamais en colère (par exemple, pour cette émotion) contre quelqu’un d’autre que nous-mêmes, de nous faire vivre encore cette situation, contre notre incapacité à changer notre situation… C’est pourquoi il est bon d’exprimer sa colère, ça fait du bien, mais APRÈS être allés voir pourquoi cette situation / personne nous « a mis » en colère…Nous pouvons ainsi ensuite exprimer à la personne que nous estimions « responsable » de notre colère ce qui nous a dérangé dans son attitude avec des mots plus calmes et de façon constructive.

En agissant ainsi, on ne refoule pas son émotion, on la canalise dans une prise de conscience et une nouvelle sagesse s’installe… Mais il est important de ne pas la refouler, si elle est trop forte, tapez dans des coussins, courrez, faites du vélo… défoulez-la ! Ensuite les réponses vont venir puis une discussion basée sur le partage avec la personne qui a été votre miroir pourra s’installer. Il est dommage de perdre l’amitié de quelqu’un parce que nous n’avons pas réglé quelque chose qui NOUS appartient.

Le miroir que quelqu’un nous reflète en nous faisant vivre une émotion dérangeante peut avoir trois raisons :

1. Miroir de ce que êtes ou avez et que vous n’aimez pas

La personne vous miroite une partie de vous-mêmes que vous n’aimez pas. C’est une partie de vous que vous n’acceptez pas et/ou et que vous désirez changer. Le défaut de cette personne est aussi le vôtre si vous ne l’aimez pas dans l’autre (= si son attitude vous dérange). Cela prend beaucoup d’humilité pour réaliser ceci ! Accueillez ce miroir sans vous attarder à la quantité, grosseur ou qualité de celui de la personne qui vous le reflète, il n’est probablement pas de la même taille que ce que vous n’aimez pas en vous, c’est juste un message de prise de conscience à votre niveau que l’autre vous envoie par son attitude dérangeante.

En acceptant que vous avez vous aussi ce défaut que vous n’aimez pas chez l’autre, 50% du cheminement vers votre guérison est déjà fait et vous découvrirez ensuite, par une demande sincère à Dieu, d’où vous vient ce défaut (votre passé, votre éducation, votre vécu ou même une de vos vies antérieures peut en être la cause). Si cette prise de conscience est trop pénible et que vous n’arrivez pas à la régler seul, consulter un thérapeute. Vous pouvez être devant un problème qui vous empêche de vivre à d’autres niveaux et qui peut être une clé vers une vie plus sereine si vous tournez la clé de la porte de cette guérison.

Exemple :

Agathe travaille dans un bureau où son patron la traite régulièrement de façon humiliante, ce qui la met en colère. Elle aime son travail mais ne sait comment faire pour se sentir à la hauteur de ce que son patron veut d’elle, même si cela fait des années qu’elle travaille là et qu’elle sait que son travail est apprécié.

En acceptant de voir quel miroir son patron lui reflète, Agathe a réalisé que son patron la ramène à son passé avec son père, lequel l’humiliait régulièrement plutôt que de l’encourager, ce qui la mettait en colère.

En comprenant cette situation, Agathe a travaillé en thérapie afin de retrouver sa confiance en elle à ce niveau, à pardonner à son père son attitude dégradante envers elle, et à se pardonner à elle-même de se faire vivre ces situations humiliantes.

En guérissant ce « pattern », Agathe a maintenant une relation agréable avec son patron.

2. Miroir de ce que vous êtes mais ne le savez pas encore

La personne nous miroite une partie de vous-mêmes que vous êtes / avez mais que vous n’avez pas encore développée. Vous avez cette capacité qu’a l’autre, cette qualité, mais vous n’avez pas encore réalisé que vous l’avez aussi et/ou vous n’avez pas encore trouvé comment la développer. L’exercice de cette phrase, par une demande intérieure sincère à Dieu (ou à votre Maître), vous donnera la réponse à votre question et vous donnera aussi les outils pour développer cette qualité. La prise de conscience est déjà 50% du chemin de fait !

Exemple :

Robert a une amie qui l’énerve régulièrement par son attitude de « je sais tout ». Il l’aime toutefois beaucoup parce qu’elle lui apporte des connaissances au niveau de son cheminement qui lui font du bien mais, chaque fois qu’il lui partage une de ses émotions qu’il vit et qui le dérange, elle lui parle clairement de certaines choses qu’il a à régler en lui et elle met toujours le doigt sur quelque chose de vrai… qu’il n’a pas forcément « envie » d’entendre…

Robert est en cheminement personnel et aimerait être aussi « instruit » que son amie. Il n’accepte pas de se sentir « en-dessous » de son amie à ce niveau. C’est pourquoi il préfère se distancer d’elle et ne plus lui parler plutôt que de mettre son orgueil de côté, accepter qu’elle a raison et et apprendre encore plus avec son amie afin de se sentir à son niveau par les guérisons dont elle lui parle et les outils qu’elle peut lui partager.

3. Le «test ultime»

La personne vous miroite une partie de vous-mêmes que vous n’êtes / n’avez plus : il s’agit alors du « test ultime », c’est la dernière fois que vous allez vivre cette situation dans votre vie car vous avez guéri ce « pattern ». C’est un dernier test pour vous le faire voir tout de suite. Vous déconnectez instantanément de l’émotion dérangeante en le réalisant et celle-ci disparaît aussitôt.

Dominique Jeanneret

Si vous voulez reproduire cet article dans votre blog ou site, vous pouvez le faire en autant que vous ne coupiez rien et que vous ajoutiez cette ligne ainsi que l’adresse http://www.chemindevie.net. Merci pour votre respect envers mon travail.